Léthargie

Publié le par WP

La fonte des neiges en plein hiver, voilà un bien joli présent.

Tu mues en gracile événement printanier ;
Une eau pure qui chante comme l’aube sous la brume,
Une suavité de pulpe sucrée pour un nectar inespéré,
Et un empressement vigilant comme au secours de la fragilité.

Je te sais capable de tous les rôles avec la palette du nuancier.
Je te connais vespérale et libre fille de l’aurore.
Mais je ne suis pas formée à ces accès de sincérité
Et je soupçonne parfois un demi-sommeil enchanté.

Je ne dors pas, au moins dois-je m’en assurer.
Je ne sais comment cheviller tes mots à la réalité
Aussi je cherche des garants assermentés
Et un espace inaltérable où préserver ta tendresse.

Le syncrétisme de nos visions ne sera que l’instant d’un été.

Publié dans Missives

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article