Déprimant

Publié le par WP

Lorsque tu me dis devant témoin que tu vas voir Don Juan ce week-end, je crois à une énième bravade de ta part. Je me demande si tu parles d’opéra ou d’autre chose. J’ignore alors qu’il existe réellement un comédie musicale qui peut plaire aux jeunes comme ta nièce. Je me demande tout de même, renseignement pris, comment tu survivras à 2 heures de Félix Gray :

« Seulement l'amour
Jusqu'au bout de nos nuits
Qu'il nous emmène pour ne pas qu'on oublie
Que par amour on donnerait nos vies
Pardon à ceux qui n'auraient pas compris »

Si tu me dis que tu as aimé cette innommable chose il faudrait que j’ai l'énergie de ne plus t’adresser la parole. 
Tes choix sont habituellement plus circonspects, sauf en ce qui me concerne. Même si tu as reconnu plusieurs fois que tu avais de l’estime pour moi et que tu «m’aimais bien». Ce sont malheureusement tes propres mots. Je devrais peut-être te maudire pour cela aussi, non ?

 

Publié dans L'histoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Antinea 01/03/2005 17:06

Quelques difficultés pour écouter la tienne... arrêt automatique après certains morceaux et impossibilité d'en lire d'autres. Dommage.

Dreo 28/02/2005 09:24

Marrant les similitudes entre ta radio blog et la mienne ;)
http://www.20six.fr/Littl3Troubl3GirL