Les règles du jeu

Publié le par WP

Les règles qui se sont instaurées entre nous au fil du temps ne manquent pas de me divertir. Les différents personnages que nous jouons stimulent mon imagination.
Ainsi je continue à te vouvoyer à ta demande lorsque nous nous voyons comme dans toute correspondance électronique à l’intérieur du cadre dans lequel nous évoluons. Le tutoiement, héritage d’un droit que je me suis approprié lorsque j’ai commencé à glisser mes pensées entre tes mains, est réservé aux quelques déclarations que je t’envoie sur ta messagerie personnelle. Pourquoi donc un jour m’avoir communiqué cette parcelle intime alors que jamais tu ne répondras à ce que j’y écris ?

Car la règle couvre aussi ce point. Si la forme d’un échange professionnel perdure - quand bien même le sujet déborderait ce cadre - alors il t’arrive de répondre. Mais tu te refuses à toute trace écrite d’une réponse à cette complicité. Tu ne réagis que lorsque cela ne t’implique pas au-delà de ce que tu estimes être une réaction admissible, quelque chose que tu pourrais justifier à des tiers…

 

Tu étais d’humeur caressante ces derniers jours. Peut-être parce que tu m’as avoué d’un ton las : «Je ne touche plus terre en ce moment». Tu faisais référence aux occupations liées à ta fonction. Quand je prétends me servir de ton poste de travail et marque un temps pour que tu fermes ta messagerie, tu m’invites à prendre place en me disant que celle-ci ne contient que des messages professionnels et que cela n’a aucune importance que je les voie ou non. Je sais que cette phrase sibylline doit me rappeler à l’ordre. Ne pas dépasser les limites exemplaires que tu prétends afficher comme un parangon professionnel. J’ai bien du mal à m’auto-censurer quand je te vois tendre et réceptive. Il me faut une volonté tyrannique pour ne pas céder à mes faiblesses, décider de ne pas abuser de cette complicité. Car alors, je le sais pour l’avoir déjà vécu, ton attitude changerait du tout au tout. Je dois sans cesse tester l’équilibre du fil de tes envies et contrer ma convoitise.

Publié dans L'histoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article