Retour

Publié le par W

J’ai envie de crier cette grâce recouvrée.
Mais que puis-je écrire que je n’aie déjà écrit ?
Revenir en ta proximité anéantit tout espoir de trouver le mot juste.
Pourtant, Faire la paix, quelle expression grisante quand c’est le cœur qui la martèle.

Il aura fallu ces jours, longs et piteux. Il aura fallu cette indifférence interprétée à merveille et ce silence épais pour qu’à nouveau tu murmures.

J’ai cru mourir. Je suffoquais. Je t’ai interpellée. J’ai attendu. J’ai même réussi à te plaindre de ne parvenir qu’à ça, à cette fuite. J’ai recouvert mes pensées pour toi du souvenir du passé.
Si bien que je n’ai pas souri lorsque tu as répondu à mon «Est-ce que vous m’adresserez à nouveau la parole un jour ?» au milieu du bruit des photocopieuses et après cet évitement caractérisé depuis mon retour. «Je ne sais pas, peut-être, peut-être pas…» fut ta réponse sans un regard pour moi qui remontais l’escalier comme un voleur.

Il aura fallu un prétexte, une absence à soi-même et cette réunion où je ne devais pas être. C’est une drôle d’histoire que nos éclats entre froideur et complicité. Il aura fallu ce temps pour qu’à nouveau tu me parles parmi les ombres, que tu me souris sans me regarder, que tu te confies à moi dans l’espace en suspension entre nos normes et nos codes de bonne conduite.

Quelle force me faudra-t-il pénétrer pour résister à l’impulsion qui me mène à toi ?
Je n’aurais pas imaginé me délecter d’être unie à toi à la faveur des circonstances d’un transport. Ce fut pourtant le cas, sans que je n’en laisse rien paraître. Je sais que ton sourire enfantin n’est qu’à ce prix, que tes gestes retenus lorsque je te taquine sont les seuls qui échappent à la morale que tu t’es fixée.

Car tu dois savoir que ton sourire, si tu me regardais, me damnerait.

Publié dans L'histoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Antinea 29/09/2005 16:58

Erotisme... je n'y aurais pas songé avant de commencer à écrire cela ici ;)
Merci Don Diego.

Don Diego 28/09/2005 20:05

Bonsoir Antinea,

C'est avec plaisir que je vous relis, pleine encore de ce rare élan d'érotisme, d'ardeur et de je ne sais quelle perversité. Bons vents à vous !