Ambiance du bout du monde

Publié le par WP

La trame de cette vie est trop serrée.
Le ciel est gris et la mélodie alanguie qui lui sert de traîne l’encombre un peu plus. On dirait un jour de pluie au bord de l’océan dans un Palace déserté où le piano égrènerait quelques notes mineures.
La voix feutrée qui accompagne la caresse du fouet à un air nostalgique qui captive quand le regard se perd sur les baies vitrées.
On imagine esquisser un pas de danse pour refuser la paralysie mais il n’y a pas de cavalier et les salons sont abandonnés.
L’eau lave le temps et les sentiments.

Publié dans L'histoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article