Aucun sauf-conduit

Publié le par WP

Puisqu'il faut bien
Sans trop venir aux abords de l'eau dormante,
Scruter ton vrai visage sous l’onde luisante.
Puisqu'il faut bien
Sans trop s’avancer vers l’antre inquiétant,
Entendre la voix qui sourd de la nuit.
Alors, je brandis mon courage intransigeant,
Au devant de moi, par delà l’eau et l’ombre,
Pour quérir par miroitement ce que je suis.

 

 

Publié dans L'histoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Don Diego 21/06/2005 19:14

Beau, touchant, vibrant, touchant : peu de mots, mais c'est là.

nephtys 21/06/2005 11:58

Il y a des choses qui obligent...

Antinea 21/06/2005 10:18

C'est beaucoup dire de quelques mots mais merci ;)

Mademoiselle C. 21/06/2005 03:28

Que dire que dire...Vous avez du talent tout simplement..
Mademoiselle C.