ça ressemble à une fin

Publié le par WP

Malgré mon sang qui dort sous la peau que tu ignores, ma douleur reste confortable.

Juste ce petit pincement au creux de la nuque.
Juste ce petit grincement de mes dents pour te saluer.
Juste ton ricanement quand tu surprends mon regard te poursuivre au milieu de la foule.
Juste ton empressement à regarder l’heure qui te pèse.
Juste mon saisissement à noter ce fardeau quand tu quittes les lieux.

Rien ne subsiste de ce glorieux temps de douce domination.
Rien ne surnage de ce «nous» dénigré sinon tes obséquieuses salutations.
Rien, sinon surjouer l’indifférence avec application
Rien, sinon t’approcher pour mieux jauger l’implication
Rien, sinon cette image qui te recouvre, de toi dans d’autres bras, dans d’autres draps.

Publié dans L'histoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mademoiselle C. 17/06/2005 23:49

La fin annonce forcément la naissance d'un début...
Que de résonnance..merci pour les mots que vous nous donnez le plaisir de lire.Quelle plume!!
Bien à vous
Mademoiselle C.