L'Univers invisible

Publié le par WP

La ténébreuse est dans tes pas pour mieux me happer quand tu te retires.

Elle sait alors que l’éclat du monde extérieur est trop loin pour m’immuniser contre la matière noire dont elle me recouvre.

 

Lorsque tu es si proche que je sens ton souffle à portée d’étreinte, je voudrais croire que tes mots ne me quitteront pas, qu’ils me garderont dans leur citadelle d’endorphine.

Mais l’espace qui nous sépare remet en cause mes lois d’attraction.

Je lutte sans trop y croire contre la densité du grand broyeur qui tente de m’absorber.

 

Seras-tu toujours là, quasar inaccessible, pour contribuer par ton feu à m’affranchir du vide ?

 

Publié dans Missives

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article