Histoire à rallonge

Publié le par WP

Après un email et un appel sur ta messagerie, mon désarroi.
Après mon message du jour remis entre tes mains alors que tu étais si attirante, ma désillusion.
Mon déjeuner avorté a été employé à errer au fil des rues.
J’ai pour le moins vu ton appel en absence sur mon téléphone de bureau, comme ton aide – trop loin pour que je parvienne à saisir la main que tu me tends parfois.


"De quoi ai-je le plus à m’en vouloir ?
Que je ne puisse te parler directement ? Que tu n’aies même pas besoin de me répondre pour que je comprenne que la réponse est négative quant à un instant accordé ? Que je me sois ridiculisée une fois de plus ?
Mon commentaire officiel sera : 'Tant pis !'
Est-ce que ma position officielle parviendra à effacer le reste ?

(...)
Je suis un peu perdue. Je ne sais même pas pourquoi cela advient maintenant.
(…)
Ce jeu de masque est usant. A la fin, où suis-je ?
Non, je ne te prends pas pour un psy, rassure-toi. J’ai un peu froid, c’est tout.»


Si tu ne m'appelles pas demain cela signifie que tu me destines deux jours à ne penser qu'à toi...

 

 


Publié dans L'histoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article