Parenthèse

Publié le par WP

«Non, je suis sur mes terres, ici» me dis-tu pour me signifier que tu m’invites.

Ma belle Guenièvre, tes domaines s’étendent à perte de vue et me ravissent. Un peu plus d’une heure, retirées du monde, pour mieux nous écouter, nous déchiffrer. Mon retard fortuit m’aura offert la belle image en cinémascope de toi m’attendant à l’angle d’une rue. De quoi passer en boucle, le rêve d’un instant.

 

 

Publié dans L'histoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article