Rencontre vespérale

Publié le par WP

Je ne te pensais pas là en ce lundi.
Je ne t’ai donc pas cherchée.

Je viens d’écrire à un ami lointain que je conçois ta réserve et tes hésitations.
Je croyais à ce que je venais de noter noir sur blanc d’écran. J’y croyais jusqu’à ce que je fasse, en partant, un détour par ton bureau. Un énième détour pour te réclamer cette lettre quémandée il y a un mois. Mes idées étaient calmes, sages et posées jusqu’à ce que je te voie gracieuse dans le soir, vêtue d’une ligne fluide, d’une soyeuse couleur marron qui me retourne l’esprit et les sens. Je ne saurais même dire si tu portais un pantalon ou une jupe derrière ce pupitre. Je n’ai vu que ta beauté - de cette beauté que l’instinct embellit.

Je vais te voir danser devant mes yeux toute la nuit en repensant à ce non-sens.

Publié dans L'histoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Provodnik 16/03/2005 02:24

"Encore moins ta mort. Ils ont les moyens d'exiger la tranquillité, le silence sans un vol de mouche et tu ne comptes pas plus que ça. Voilà."

Tell me more!

Antinea 15/03/2005 19:31

"Je ne pense même pas leur arracher un battement de cil avec ça. Je ne mentionnerai même pas ton existence."

slobodan 15/03/2005 18:25

Pppffffffffffffffffff!!!!!!