Pirouette

Publié le par WP

Quelle singulière intention de m’honorer… de me souhaiter une bonne année. Tu m’achètes et me pousses à bout dans cette fange de bas côtés avec un cliquetis de pacotille. Si le temps ne me rendait cassante, je m’y habituerais. Nous n’émergeons pas de cette soumission de l'esclave à son maître et pourtant nos simulacres sont clinquants. Nos espaces protégées sont des zébras plus dissuasifs que les remparts d’une cité médiévale. Tu me tends la main pour m’aider à sortir de ma retraite, mielleuse, tu m'enrobes et me demande de te juger devant autrui. Quel est ce tour de passe-passe ? Ne finiras-tu de me jauger, de me peser dans ta balance faussée ? Ou demandes-tu sincèrement cet accord majeur que tu instigues depuis mon exil ?   
 
 

Publié dans L'histoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Antinea 11/01/2006 12:43

C'est une attention touchante Narc, merci. J'en ferai bon usage.

Narc 11/01/2006 01:13

Tu sembles connaître des hauts et des bas dans tes amours... Serait-ce me mentir que de dire qu'en ce moment je n'en ai pas ? Je t'envoie du courage - une parcelle du peu que j'en ai - fais-en ce que tu en veux.