L'arène

Publié le par WP

Toujours ces rêves en ta douceur, comme une main qui se pose sur un mystère. Les étoiles en sarabande, l’air, épais, assourdissant, fait tourner la tête sur un rythme ternaire. Fille d' Hélios et de Perséis, tes philtres maléfiques ne sont que piètres séductions à côté de tes grâces. Ronde hypnotique, je dodeline, je me trouble et m’aliène. Mon écorce s’envenime, par nature je m’écartèle, revêtue du grand manteau dont tu me drapes. Les notes plantureuses de ton grain de voix lèchent mon âme et me dévêtent. Otage du destin, mes gestes s’engourdissent, je ne respire presque plus et appréhende l’estocade.

Publié dans L'histoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Antinea 24/12/2005 11:27

Toujours Narc... une tension jamais libérée.

Narc 22/12/2005 21:10

Très érotique...

Antinea 22/12/2005 20:20

Mais un trépas qui semble n'avoir jamais de fin...

Cristal 22/12/2005 20:13

S'abandonner ainsi, dans les sens et l'essence... quel doux trépas !