Graal

Publié le par WP

Ce que j’ai perdu me précipite
Vers l’espoir d’une étoile égarée
Ou d’un ange déchu, présence persistante,
Pour continuer à entrouvrir les portes de cet ahurissant chemin
Du vide dissonant de l’univers jusqu’à la chaleur de l’or brut

J’ai noté ton regard hermétique garant de ce que tu tais
Illusion d’une foi que je convoîte
Reflet d’un monde qui glisse sur des songes
Cosmos qui me transit de ce qu’il me refuse
Je ne peux plus te laisser partir

Publié dans Missives

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Antinea 25/02/2005 01:10

C'est le Trésor qui nous vole à nous-même... ;)

ess 24/02/2005 03:31

je dois toujours te relire au moins deux fois avant d'être sûr d'avoir saisi le sens (voire les sens, et même l'essence, avec cette inquiétude d'en avoir laissé échappé la quintessence!)