Sursis

Publié le par WP

Ton apparition est toujours une hallucination, une oasis dans cette vie administrative délavée.

 

Tu surgis du néant, bravache et souveraine, les pans de ton manteau ponctuent ta détermination et la volonté que tu mets à l’afficher. Je me surprends parfois à révérer une once de peau qui se libère à la dérobée. Je garde mon sens critique mais il m’est inutile. Le fantasme le dévore.

 

Tes cheveux suivent les saisons sans se départir de ce je-ne-sais-quoi qui se dégage de toi et tes tenues favorites suffisent à convaincre les interlocuteurs de tes attributs. Je n’oublie pas ta dextérité à passer d’une inflexion caressante à une réplique cinglante, exercice désarmant auquel tu es rompue.

 

Dans le film de ces aurores, mon regard te poursuit sans repos comme une caméra indiscrète. Je garde au cœur l’émotion de la plus petite découverte. Je chasse à l’orée du monde touffu où tu perds consistance. Je retiens ma vie, mon souffle, affûtée, en suspension, attendant que la lumière me révèle ta silhouette, que ma patience m’offre ce pourquoi je languis depuis ces mois, en proie à l’envoûtement qui chevauche mes nuits.

 

Je suis là, dans l’ombre, j’attends.

 

Publié dans L'histoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

damien 11/02/2005 21:40

chére toi, je te félicite pour ta pertinence et tes remarques sur le forum au sujet des dessous...... Je te lirais plus souvent desormais
DAMIEN