L'aube encore

Publié le par WP

Cinq minutes seule avec toi c’est déjà une mélodie dans les frondaisons des arbres.

 

Tu prends sur toi mais la fatigue t’alanguit, te pousse à l’abandon. Ton attitude est moins mordante. Nous devons toujours nous plier à cet exercice de cirque, maintenir le ton de nos échanges sur la corde raide entre la barbarie et l’émoi. Qu’importe si tu m’avoues ne pas avoir encore cherché cette lettre.

Publié dans L'histoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article